6 Boulevard de Sébastopol 75004 PARIS

01 80 91 88 10

president@fnap.fr

Accés adhérent

Courrier à Madame La Ministre

Paris le 24 mai 2019

Madame la Ministre,
Mesdames, Messieurs,

Vous nous avez convié à une énième réunion, nous vous avons demandé de bien vouloir nous adresser un ordre du jour précis, malgré vos engagements écrits nous n’avons rien reçu.

Comme à votre habitude, vous nous demandez de vous adresser des éléments pour étayer nos positions en préalable à vos réunions mais nous ne découvrons vos documents qu’en séance.

Cela fait des mois que vous vous nous réclamez un travail plus que fastidieux et que nous n’obtenons que peu de retour.

Vous souhaitez faire vivre votre réforme malgré l’étendue des problèmes qu’elle génère en faisant le jeu de ceux même qui vous ont manipulés pour arriver à leur but. Peut-être sommes-nous candides mais nous croyons encore que votre souci premier est l’intérêt public plutôt que celui de groupes financiers.

A ce jour, aucune des dérives de l’article 80 n’ayant été corrigées, nous ne souhaitons pas continuer en ce sens et vous demandons instamment un changement de méthode.

Nous vous avons fait des propositions concrètes dont vous ne tenez pas compte vous contentant de réunionite, de pseudo pause et de cautères sur jambe de bois.

Nous vous remercions de bien vouloir nous adresser les éléments (certains demandés avant même la mise en place de l’article 80 et pour lesquels nous n’avons toujours pas de  réponse)  puisque vous seuls y avait accès.

Lire la suite : Courrier à Madame La Ministre

Cautère sur jambe de bois

Les 4 fédérations ont été reçues mercredi 5 décembre 2018 dans l’urgence par la ministre accompagnée de son directeur de cabinet et de son conseiller budgétaire.

La ministre et son équipe se trouve dans une position inextricable craignant l’évolution des manifestations opposées à l’article 80.

La recherche de solution est focalisée sur le retrait de cette réforme faisant fi de l’exaspération des chefs d’entreprise (tarifs obsolètes, garde non revalorisée depuis 2003, interprétation de la règlementation à géométrie variable par les ARS, nouvel accord-cadre avec hausse des salaires sans contrepartie, hausse du gasoil, etc.…)

Lire la suite : Cautère sur jambe de bois

Manifestation des ambulanciers à Paris Lundi 5 novembre 2018

Ambulanciers en grève : 408 kilomètres de bouchons ce lundi matin en Ile-de-France suite à des opérations escargot

Lundi 5 novembre 2018 à 7:58 - Mis à jour le lundi 5 novembre 2018 à 11:49Par Martine BrésonFrance Bleu Paris et France Bleu

Les ambulanciers manifestent ce lundi contre la réforme du financement des transports sanitaires et ils ont organisé des opérations escargot ce matin en Ile-de-France. Il y avait 408 kilomètres de bouchons vers 09h00. Les cortèges sont attendus vers 16h00 devant le ministère de la Santé.

Manifestation des ambulanciers ce lundi matin.
Manifestation des ambulanciers ce lundi matin. © Maxppp - Jean-François FREY
 

Paris, Île-de-France, France

Les ambulanciers sont en grève; c'est un mouvement national. Ils manifestent ce lundi, en cortège, contre la réforme du financement des transports sanitaires. Plus de 2.000 ambulanciers sont attendus dans Paris. Les ambulanciers doivent se retrouver vers 16h00 devant le ministère de la Santé dans le 7e arrondissement.

Les manifestants ont peur que la réforme les pénalise car désormais ce ne sont plus les patients mais les hôpitaux qui vont choisir les transports pour les malades. Les établissements hospitaliers vont faire des appels d'offres pour ce type de transport et ils travailleront avec ceux qu'ils auront choisis.

Opérations escargot sur le périphérique

La circulation a été très perturbée sur l'A4 et sur le périphérique parisien au niveau de Bercy ce lundi matin. A midi cela coinçait encore sur le périphérique. 

A 09h00, il y avait 408 kilomètres de bouchons en Ile-de-France, un chiffre bien supérieur à la moyenne d'un lundi par temps clair. 

L'accès vers le périphérique nord a été bloqué. Vers 07h00 près de 300 ambulanciers étaient rassemblés porte de la Villette à Paris. A 07h30, les CRS bloquaient la porte de Pantin, les ambulances des manifestants étaient à l'arrêt et le périphérique intérieur était complètement saturé.