En attendant Godot...

Écrit par Philippe LAURIOT

         Vous connaissez peut-être cette pièce de Samuel Beckett dans laquelle deux vagabonds viennent à un rendez-vous ou ils attendent Godot, un homme qui ne viendra jamais...

         Je ne suis pas écrivain mais je vais tout de même vous raconter une histoire.

         En 2003, fort de l’absurdité des 35 heures et constatant qu’il a de gros problèmes pour trouver des ambulanciers la nuit car il a supprimé les astreintes, l’Etat décide de créer les gardes départementales pour pallier à ce problème. Ce système n’a cessé d’être décrié depuis sa création, mais pourtant rien n’a changé.

         On a bien tenté de créer des projets ne correspondant ni aux attentes des intéressés, ni aux besoins de notre système d’urgence pré hospitalière et nous voici maintenant arrivés aux manifestations d’ambulanciers à bout ….

         Exemple démonstratif s’il en est :

 

 Le département du Var, havre de villégiature baigné d’un chaud soleil ou des ambulanciers heureux, forts de leur organisation personnelle mettant à disposition ASSU H24 et coordonnateur ambulancier, contentent pleinement leur ARS et leur SAMU, préservant ainsi la douce quiétude des lieux…. Stop, on coupe les cigales, les fifres et les tambourins et on écoute leur nouvelle musique…

Toujours aussi typée Sud et accent chantant mais ce serait plutôt du I’AM dans l’esprit…. Extrait de paroles qui n’engagent que leurs auteurs

On en a plein le C….. , cela fait des années que nous nous saignons pour faire fonctionner l’UPH, le coordonnateur ambulancier est à notre charge intégrale, les gardes sont sous-payées, les attentes interminables aux urgences par manque de brancard pour l’accueil, l’absence de logiciel d’aide à la régulation ambulancière promis par l’ARS, un dossier d’expérimentation en souffrance depuis des mois, et cerise sur le gâteau nous nous faisons maintenant verbaliser comme des délinquants de la route, la coupe est pleine, on arrête !!!

En français dans le texte cela veut dire « LA GREVE »

Ils ont le sang chaud dans le sud….. Alors remontons plus au nord et entendons les bourguignons de la côte d’or.

Changement d’accent mais pas de propos….. « LA GREVE » pour les mêmes raisons…. Ou presque…. Eux ont une pseudo expérimentation sur une petite ville du département ou l’hôpital a été fermé, cela fonctionne bien et ils pensaient pouvoir étendre au département… Pôôôvres de vous… leur CPAM leur indique en début d’année que les sorties durant les gardes ont augmenté, qu’ils ne respectent pas l’ondam, que la sécu va faire le nécessaire pour remettre cela dans l’ordre !!!  Un comble, vous diminuez  les carences, l’objet même  de la garde et la CPAM vous  met en accusation !!!!

 

Un peu plus bas mais un peu plus haut, un petit arrêt dans l’Isère…. Une expérimentation validée et qui démarre, enfin on en trouve une… ils pensaient y trouver quelques noix…… Ils n’ont récolté que des cacahuètes, le savant montage financier se révèle être un désastre……. Un département de plus touché par la grève.

Comment en est-on arrivé là ?  15 ans de tergiversation et de fausses solutions économiques, une absence totale de volonté des pouvoirs publics de faire avancer le dossier de manière viable.

Une garde à 346€, pour 2 salaires pendant 12h00, soit un coût du travail horaire  à 14€42 pour du travail de nuit et de weekend ou jours fériés…. Comment ? Vous ne savez pas faire les ambulanciers ? Mais…. tricheurs esclavagistes comme vous l’êtes ?  Vous n’y arrivez pas ? Allons, allons … réfléchissez, vous allez y arriver nous dirons les grands donneurs de leçons de gestion, qu’ils soient fonctionnaires, en déficit, ou les deux… dans leur grande mansuétude ils nous accorderont une augmentation moyenne de 75cts de la rémunération horaire si nous sommes sages jusqu’en 2019… cela s’appelle l’avenant N°8

En attendant la fin des expérimentations…. J’ai l’impression d’attendre Godot…

Les expérimentations :

Une hérésie économique que l’on peut résumer de la manière schématique suivante : Comment veut-on vous faire croire que vous allez pouvoir absorber 4 milliards d’euros de missions effectuées par les SDISS sur le territoire national et le coût d’un coordonnateur ambulancier privé pour le SAMU en augmentant juste votre enveloppe budgétaire d’un dixième de ce montant….  (Sauf à faire de la Macron-économie, je ne vois pas comment) 

En résumé :

En ces temps où l’on entend nos politiques nous vanter :

Qui sa solution à base de diminution du nombre des fonctionnaires.

Qui d’autre sa solution à base de multiplication du nombre des fonctionnaires.

Qui saura nous donner la solution pour que la puissance publique cesse de  vouloir préserver son pré carré en laminant les forces vives de ce pays

 (SÉNAT rapport  N° 24 - SESSION ORDINAIRE DE 2016-2017) Par M. Pierre-Yves COLLOMBAT et Mme Catherine TROENDLÉ, sénateurs

Il est aussi désolant, voire inadmissible, que les services de l’État ne parviennent pas à coopérer, chacun préférant, dans son coin, régler ses affaires sans tenir compte de la dimension générale de la mission.

Qui remettra au centre du débat le patient, c’est-à-dire le citoyen, celui qui a deux « qualités », il est tout à la fois le consommateur et le financeur…mesdames et messieurs les fonctionnaires de tous poils, cela vous semblez l’oublier !

 En attendant, mes chers confrères, peut-être pourrions-nous rejoindre  dans leur mouvement de « grève de l’urgence hors garde départementale » nos confrères du var, de la côte d’or et de l’Isère….

Ou préférez-vous attendre Godot ?