6 Boulevard de Sébastopol 75004 PARIS

01 80 91 88 10

president@fnap.fr

Quoi de neuf à l’Ouest ?

Le Finistère est loin de tout et reste, à ce jour, «relativement » préservé des certains tracas, mais le loup arrive à grand pas... et les ambulanciers commencent à s’inquiéter et s’interroge sur un avenir qui va se compliquer.

Nous n’échappons pas à la problématique de la garde et sa rentabilité en zone rurale avec en plus sa complexité organisationnelle inhérente à sa topologie (17 secteurs et 19 lignes de garde repartis sur tous le département pour 910 000 habitants et 6 733km2).

Notre département réalise plus de 40 000 interventions / an à la demande du CRRA (transports simples, médicalisés et sorties blanches inclus) et ces chiffres ne comprennent pas les interventions sur demande directe de médecins (généralistes, spécialistes et SOS).

Un cahier des charges de l’UPH, unifiant les pratiques des 4 départements bretons a été mis en place depuis le 1er janvier 2018, avec toujours plus de contraintes (plus ou moins louables), mais sans contreparties (véhicules ASSU et géolocalisation, entre autres, imposés à court terme).

A ce jour nous assistons à une migration par de nombreux regroupements et/ou développements: Jussieu, associations de sociétés et disparition des petites structures isolées rachetées par des structures plus importantes…….

L’avenir via la mise en place des plateformes transports et les appels d’offres issus de l’article 80 amène les entreprises à s’unir ou se développer pour pouvoir résister aux «mastodontes» qui se créent.

A ce jour, aucun appel d’offre n’a encore été lancé dans notre département et seul le CHRU de Brest est en train de mettre en place une plateforme transport, en concertation avec les transporteurs sanitaires et taxis conventionnés, qui devrait être active d’ici la fin de l’année. C’est la société GEO SOFT Aquitaine fournisseur de SMS, alias Carius??) qui a été choisi et le logiciel est financé par le CHRU et l’ARS. Pour l’instant, sans contrepartie financière demandée aux transporteurs.

 

L’échéance du 1er octobre étant passé, les établissements concernés par l’article 80, pour l’instant, contactent les entreprises à tout de rôle et nous demande de facturer sur la base tarifaire de l’assurance maladie et refuse la tarification taxi….

Reste encore un flou artistique sur certains transports concernés et le statut de certaines structures (notamment les EHPAD dépendants de CH).

Le SDAP29, seule organisation professionnelle représentative présente (19 adhérents sur 61 entreprises), essaie de préserver la profession du mieux possible contre l’administration (CPAM, ARS et Centres Hospitaliers) et le GTSU (ADRU de notre département) qui semble faire ce qu’elle veut sans réelle concertation. Il est dommage pour tous qu’une entente ne puisse ce faire entre ces 2 organisations.

Voilà les nouvelles lointaines du bout du monde (Pen Ar Bed).

Kenavo ar’vechal.