Fédération nationale des ambulanciers privés - FNAP

Pourquoi les ambulanciers n’effectuent plus les retours à domicile des patients de l'hôpital de Bourges

Écrit par Vincent JULIEN

Grève

photos illustration ambulance 4068945
Selon les organisateurs, ce mouvement de protestation touche « 90 % des ambulanciers du Cher ». Photo d'illustration. © Cleo Chabrou
 
Depuis lundi, les ambulanciers du Cher n’effectuent plus les retours à domicile des patients du centre hospitalier dont ils dénoncent plusieurs défauts.
Depuis lundi, les ambulanciers du Cher ont entamé un mouvement de grève pour dénoncer leurs rapports avec le centre hospitalier de Bourges.
« Nous avons entamé un mouvement de protestation face aux problèmes récurrents que nous rencontrons dans notre activité, notamment au sein de l’hôpital de Bourges », précise Vincent Julien, représentant de plusieurs entreprises du Cher d’ambulances. Un mouvement touchant « 90 % des ambulanciers du département » et consistant, pour l’heure, à ne plus effectuer les retours à domicile des patients.

Le problème du temps d’attente

Au cœur de leurs doléances figurent, en premier lieu, les temps d’attente au sein des urgences hospitalières. « Il n’est pas rare que des patients que nous transportons attendent plus d’une heure et demie avant d’être pris en charge par les services de l’hôpital, souligne Vincent Julien. C’est scandaleux, d’abord pour les patients, puis pour nous car nous sommes obligés d’attendre pour libérer le brancard ».

« Nous voulons un professionnel à temps plein afin de réguler au mieux les urgences au sein de la plateforme Samu »

Le souci du paiment des factures

Autre souci, le paiement des factures aux ambulanciers ou encore le financement d’un coordonnateur ambulancier à temps plein. « C’est un rôle jusqu’alors effectué bénévolement par des chefs d’entreprise. Nous voulons un professionnel à temps plein afin de réguler au mieux les urgences au sein de la plateforme Samu », souligne encore Vincent Julien.

Qu'en dit la direction ? 

Du côté de la direction du centre hospitalier, on précise que les ambulanciers ont été reçus vendredi dernier. « Nous avons notamment rappelé, pour le coordonnateur ambulancier, que ce n’est pas de notre compétence et que nous avons accepté d’en héberger un sur notre plateforme Samu », souligne Marie-Paule Pfaff, coordinatrice générale des soins.
Sur les temps d’attente aux urgences, « plusieurs actions ont été mises en place pour les réduire au maximum : infirmière supplémentaire pour l’orientation et l’accueil; circuits courts et circuits couchés. Le temps d’attente pour les ambulanciers dépend du flux de patients. Deux études récentes montrent que, en 2014, le temps d’attente des ambulanciers était de 11 minutes tandis que, en 2016, il était de 16 minutes. » Pas de chiffres plus récents pour dire si la situation s’est aggravée…
 
Quant au non-paiement des factures, il concerne « seulement les secours à la personne et une rencontre est programmée pour négocier ces tarifs ». Enfin, la direction précise que « tout est fait pour assurer l’hébergement des malades devant rentrer chez eux ».
 
Frank Simon
 

Grève de garde départementale de nuit

Écrit par Vincent JULIEN
 

Grève des gardes de nuit: les ambulanciers durcissent leur mouvement social

Pour alerter les pouvoirs publics sur le conflit qui les oppose au centre hospitalier de Bourges, les ambulanciers ont déposé hier un préavis de grève pour les gardes ambulancières.

Ils n’assuraient déjà plus les retours à domicile depuis le 5 novembre, désormais les ambulanciers ont déposé un préavis de grève pour les gardes ambulancières.
Un conflit social oppose les sociétés d’ambulance et le centre hospitalier de Bourges. Les premiers estiment que le temps d’attente aux urgences est trop long, pointent des problèmes dans les paiements de facture et veulent le financement d’un coordonnateur ambulancier à temps plein.

La FNAP a gagné

Écrit par Vincent JULIEN

Le SAMU 18, a sollicité le SDIS du Cher pour un renfort de brancardage aux côtés d’un de nos adhérents. Le SDIS du Cher a alors émis une facture d’intervention en application de l’article L.252A du livre des procédures fiscales à l’encontre de la société d’ambulances.
Cette affaire a été portée devant le Tribunal Administratif d’Orléans soutenue par l’avocat de notre fédération. La FNAP a obtenu l’annulation de ce titre exécutoire et le SDISS du Cher a été condamné à verser 500€ à notre adhérent.
Nous ne pouvons que nous en satisfaire.

pdf Annulation titre exécutoire brancardage SDISS 18-Savignat (85 KB)